Les Mille et une soirées littéraires

Littérature francophone, littérature de la migrance au Québec

Biographies

LES BIOGRAPHIES

Les biographies suivantes sont celles des auteurs et artistes qui ont participé aux Mille et une soirées littéraires à Montréal. Elles sont organisées en ordre alphabétique.

photo de groupe, Metissages 100% Altay Manço

Al Ghadbane Yara.

Romancière, anthropologue et musicienne, Yara Al Ghadbane est d’origine palestinienne. Elle s’établit à Montréal en 1989 après un long parcours de migration : Dubaï, Buenos Aires, Beyrouth, Sanaa et Londres. C’est dans le croisement de ses recherches menées à la fois au Québec, dans le monde arabe et plus récemment en Afrique du Sud, de son imaginaire d’écrivain et de son rapport intime au Québec comme Montréalaise issue d’une famille palestinienne qu’elle réfléchit et écrit. Passionnée de littérature, elle a publié chez Mémoire d’encrier son premier roman L’ombre de l’olivier, en 2011. Puis Le parfum de Nour, en 2015. Elle a également codirigé l’essai Le Québec, la charte, l’autre. Et après? en 2014. Elle est Lauréate du Prix Victor-Martyn-Lynch-Staunton du Conseil des arts du Canada 2017.

Amsellem Georges.

Disciple de Gaston Miron, il est né au Maroc. Installé à Montréal depuis 1968, il s’occupe d’écriture et de production de films. Son propre itinéraire le sensibilise à la condition des immigrants au département des minorités, écartelées entre l’exil et l’espoir. Il poétise sans nostalgie ni complaisance sur l’espace, le temps et les sables du désert qu’il fait éclater pour ensuite noue en restituer la quintessence. Il a publié cœur en voyage, secrets murmurés, et tout récemment Nomad’s land.

Arekmane Majid.

Artiste peintre justifiant de plus de 26 années d’expérience, Majid Arekmane est membre de plusieurs regroupements dont Vues d’Afrique, ARTS et culture, etc. il compte à son actif plusieurs expositions collectives témoignant de son engagement artistique au sein du Québec et du Canada.

Atallah Nora.

Finaliste en poésie du Grand Prix international de Curtea de Argeş (Roumanie 2011) et aux Prix littéraires de Radio-Canada (2008), Nora Atalla est l’auteure huit ouvrages, dont cinq recueils de poèmes, les plus récents étant La gestation de la peur et Hommes de sable publiés aux Écrits des Forges. Ses textes ont paru dans une trentaine d’anthologies au Québec et à l’étranger. Grande voyageuse, elle a participé à la Quinzaine de la Francophonie de 2012 à Bamako et à Dakar, et à plusieurs festivals internationaux de poésie, notamment à Trois-Rivières, Douala, Yaoundé, Cotonou et Curtea de Argeş en Roumanie.

Barry Thierno Souleymane.

Thierno Souleymane Barry est à la fois juriste, producteur, éditeur, nouvelliste, dramaturge, conteur et poète. Né en Guinée, dans les contreforts du Fouta Djallon, il a sillonné bien de contrées en raison de sa profession de professeur de droit international et de consultant, et au gré des activités culturelles et littéraires auxquelles il est régulièrement invité. Son dernier recueil de poésie Au delà de l’océan, paru aux Éditions dh-art, d’Ottawa, a été lancé à Sherbrooke, en novembre 2013. Il vit et travaille, présentement, à Sherbrooke, dans les Cantons-de-l’Est.

Beddiari Salah El Khalfa.

Écrivain, poète d’origine algérienne, fondateur de la maison d’édition BEROAF, il a publié trois recueils de poèmes aux Éditions l’Hexagone, notamment (Chant d’amour pour l’été) et (La mémoire du soleil) et un roman Le Joueur aux éditions Beroaf. Il a organisé à deux reprises la grande soirée de poésie du festival Images du Monde Arabe. Il a participé aussi à l’organisation de ( les mots libres) en hommage à Mohamed Al Ajami au café aléatoire, et du salon du livre de la Diaspora.

Belloula Nassira,

Écrivaine et poétesse d’origine algérienne, établie au Canada. Auteure d’une dizaine d’ouvrages entre romans, essais, poésies, nouvelles. Lauréat du Prix de l’Espace Femmes Arabes du Québec en 2010 pour son roman La revanche de May. En 2004 est nominée pour le Prix du roman en Algérie et en 2008 nominée pour le Prix du Salon du livre international d’Alger pour son récit Djemina paru aux éditons Media-plus. Son dernier roman Terre des femmes paru en novembre 2014 remporte un vif succès. Elle a écrit entre autres Algérie, le massacre des innocents, aux éditions Fayard en 2001. Sa poésie est traduite en anglais et en italien. En novembre 2010, elle est lauréate du Prix Espace femme arabe du Québec. En mai 2016 elle décroche le Prix littéraire international Kateb Yacine.En octobre 2016 elle reçoit un Prix honorifique pour son roman Aimer Maria durant la remise du Prix littéraire Mohamed Dib.

Benfares Mostafa.

Né au Maroc, et détenteur d’un Doctorat en littérature française, il est titulaire d’un diplôme en pédagogie de l’enseignement, et professeur de littérature. Il est membre du CIÉF (Conseil international d’études francophones, États-Unis), de l’AUF (Agence universitaire de la francophonie, Région Amériques), de l’APEFC (Association des professionnels de l’enseignement du français au collégial) et de l’UNEQ (Union des écrivaines et des écrivains québécois).  Ses livres parus sont : Voix du silence, un recueil de nouvelles aux éditions Passerelle, Altérité, responsabilité et questions identitaires. L’écrivain marocain entre devoir de mission et mission de médiation,  Système d’évaluation du personnel, pour une gestion stratégique du capital humain dans l’administration publique marocaine, Francophonie québécoise et littérature marocaine migrante.

Benhalima Abderrahim.

Originaire du Maroc, le parcours de Abderrahim Benhalima est marqué par une expérience cosmopolite, une carrière à long terme, partagée entre le Maroc, la France, la Suisse et le Canada. Graphic Designer et artiste peintre, formé dans les grandes écoles françaises et suisses, ambassadeur de l’élite artistique au Maghreb et l’orient, la peinture de Benhalima nous met face à l’imminence du geste créateur, ou la réalité et la fiction se complétent, tous ses travaux sont d’un grand humanisme et reflètent une sincérité totale. De nombreuses expositions individuelles et collectives lui ont été consacrées au Maroc, au Canada et à l’étranger.

Benkirane Kamal.

Titulaire d’une licence en littérature française et d’une Maitrise en Sciences de l’éducation à l’université de Montréal, Kamal Benkirane est né au Maroc. Installé en 2001 au Québec, il devient membre de l’alliance des professeurs de Montréal en 2007. Il a publié son premier recueil de poèmes ( Les ormes diaphanes) est paru en 2005, dans les éditions Fleur de lys. Puis en 2006, motivé par la fusion entre la littérature et les technologies de l’information, il fonde une maison d’édition électronique ( E-passerelle) dont l’objectif est de promouvoir la littératures d’expression francophone en Amérique du nord. En 2006, il publie chez l’ Harmattan en France (Culture de la masculinité et décrochage scolaire des garçons au Québec). En 2009, il publie chez Edilivre un recueil de poèmes (Feuillets de l’aube), puis en 2010 un autre recueil de poèmes aux éditions du Cygne en France (Dans la chair du cri). Son roman (J’ai tué l’hiver), publié en 2016 chez l’Harmattan, a été sélectionné au prix ADELF. Son tout dernier recueil de nouvelles ( Les souliers mauves) a été publié chez Marsam en 2017. Il a participé au Québec à plusieurs projets dans le cadre de la promotion de la culture marocaine, et de l’interculturalité au sein de la francophonie québécoise. Il a rédigé plusieurs essais critiques sur des auteurs francophones, et continue aussi ses travaux sur la problématique de l’immigration, de l’exil et de la double appartenance.

Bensaddek Bachir.

Depuis 2001, Bachir Bensaddek écrit et réalise des documentaires pour la télévision et le cinéma en privilégiant l’observation sur une longue durée. Les histoires qu’il raconte parlent souvent de femmes ou d’exil, dans des contextes aussi différents que ceux du sport ou des arts.Voyageur privilégié depuis l’enfance, il revendique une identité polychrome, conciliant racines africaines, culture européenne et vie nord-américaine. Il a écrit un documentaire Rap arabe. En 2016, son premier long-métrage de fiction, (Montréal la blanche) est sorti sur les écrans du Québec.

Bourdon Bob.

Conteur originaire du Québec. Bob Bourdon est A’tukwewinu, c’est-à-dire conteur traditionnel de la Nation Amérindienne Mi’kmag, en Gaspésie, d’où est originaire sa mère. Il participe régulièrement à divers festivals de conte de par le monde (Québec, Canada, États-Unis, France, Liban) pour présenter des histoires traditionnelles de la culture dont il est issu. Il est également l’auteur de deux CD, dont un de chants amérindiens traditionnels. 

Brunette Catherine.

Catherine Brunette est née à Montréal en 1981. Ayant les mots sur le cœur elle commença à écrire ses amours et ses ruptures. Comme exutoire et thérapie personnel Cette jeune poétesse dans l’âme écrit depuis 17 ans. Elle est connue par ses productions très prolifiques en poésie, parmi ses derniers écrits : Les traces de mes mémoires. Catherine Brunette est très prolifique en matière d’écriture, elle a écrit plus d’un millier de textes poétiques. Elle clame ses textes dans beaucoup de cafés poétiques telles que «  Chapeau noir ».

Chraibi Taoufik.

Taoufik Chraibi, passionné de littérature française, en a fait son dada encore imberbe et un sacerdoce une fois acculé dans les dédales et les affres de cette passion pour la littérature à jamais inachevé. En cours l’écriture d’une saga familiale et transgenerationnelle en exode continu du sud au nord. Taoufik est le neveu de l’un des plus grands écrivains francophones qui avaient enseigne à l’université de Laval et qui est Driss Chraïbi.

Clark Moe.

Artiste métisse multidisciplinaire, poète de mots parlés, éducateur, producteur artistique, conférencier, activiste, Moe Clark est une chanteuse nomade avec des ailes tissées à partir de chants en cercle et de mots parlés. Elle a crée des paysages sonores de voix en couches qui invitent le public dans un espace en transe. Ses chansons poétiques disparaissent à travers ces paysages, avec une résonance tonale et lyrique. Dans les collaborations musicales, l’approche intuitive et sensuelle de Moe à l’improvisation vocale s’inspire des genres de l’âme, du gospel, des folk et des paroles. Elle a été formée avec Rhiannon (Bobby McFerrin’s Voicestra), Pura Fé (Ulali) et David Smukler (approche Linklater).

D’Anjou Yvon.

Né à Montréal dans le quartier Saint-Henri. Amant de la Poésie depuis l’âge de 14 ans, mais amant de la peinture aussi. Il a étudié la Philosophie et Littérature pour chercher à donner Sens et Beauté au Monde. Son premier Amour a toujours été la Poésie, mais sa maîtresse est la Philosophie. Son tout dernier recueil paru en 2017 aux Éditions les intouchables s’intitule : Nos instincts sauvages.

Dupon Maell.

Originaire de France – et plus particulièrement d’Occitanie -, Maëlle Dupon, poète, nouvelliste et traductrice, poétise à la fois en occitan et en français avec un égal bonheur et autant d’éclat. En plus de multiplier les lectures publiques, elle s’est fait remarquer au sein du duo Fin Amor, aux côtés du musicien et poète Louis Royer, avec qui elle a animé les récitals hommages Poésie du centre-ville. Parmi ses autres faits d’armes, mentionnons la publication d’un recueil de poèmes bilingues, La couleur lente de la pluie, aux Éditions Jorn (2013); une participation au festival Voix de la Méditerranée (2013) et Voix Vives (2014); ainsi que sa contribution à l’organisation des Dix heures de poésie 2015.

Fawzi Fayrouz.

Fayrouzi Docteur en sociologie d’immigration. Professeur chercheure en sociologie d’immigration, auteure et chroniqueuse indépendante, elle est d’origine marocaine. Directrice  Centre des Études Et d’accompagnement Canado-Africain des Affaires Migratoires, qui a pour but renforcer l’approche multidisciplinaire et transdisciplinaire dans le traitement de l’immigration comme discipline scientifique. Elle a été chargée de gestion des dossiers d’immigrés à Montréal et intervenante auprès des réfugiés et des immigrés. Elle a déjà publié un recueil la symphonie érotique au Maroc et un autre livre de référence en cours de publication avec la maison d’édition La Croisée des chemins. Le livre s’intitule: l’immigration entre la fiction et la réalité. le Canada comme exemple.Elle est maitre praticienne en performance neuro-linguistique à l’institut de coaching international Laval. Canada. De plus,  elle a une maitrise d’enseignement du français langue étrangère.  Conférencière, elle a animé plusieurs séminaires en France, au Maroc et au Canada . Chargée de cours en méthodologie de la recherche. Elle offre actuellement des cours particuliers de francisation pour l’apprentissage de la langue française pour les nouveaux arrivants. Elle a un livre qui s’intitule L’immigration entre la réalité et la fiction, le Canada comme exemple.

Filali Abdelkader.

Il est doctorant en science politique a l’Université d’Ottawa. Fondateur du centre Ibn Roshd pour les études de l’Afrique du nord et du moyen orient a l’Université de Toronto en 2009. Il Travaille sur les thématiques du jihadism, critical security, l’amérique latine et le Sud est d’Asie.Fondateur et Animateur du café culturel Ibn Rosh a Toronto.

Fouzat Soheir.

Soheir Fouzat poétesse et écrivaine d’origine Syrienne Diplômée en littérature arabe, l’université de Damas, 2006 Recueil de poésie: Alphabet d’ombre en dialogue poétique avec l’artiste Adham 2009 Prix d’Almazraa des littéraires et culturelles 2006 de ses contes. Prix de Ghassan Kanafani de son recueil de poésie: Ciel..des cendres d’une femme, 2013. ​Actuellement, Enseignante d’arabe et directrice du Centre Canadien d’Échange Linguistique CCEL.

Garcia Flavia.

Professeure, auteure, traductrice, poète, interprète, Flavia Garcia est née en Argentine. En 1987 elle s’est établie au Québec. Elle a fait des études supérieures en didactique des langues et en littérature. Passionnée de poésie, elle publie ses poèmes depuis plusieurs années dans diverses revues de poésie du Québec, en plus de traduire une multitude de poètes hispaniques vers le français.Elle fait partie du collectif de 14 auteurs qui ont écrit un texte pour le recueil Montréal, j’ai quelque chose à te dire.

Ghanem Nadia.

Romancière, poète et dramaturge, d’origine algérienne, Nadia Ghalem a obtenu une maîtrise en communication et un Bac en psychologie. Elle est conceptrice et animatrice d’émissions littéraires et culturelles en Europe et en Afrique francophone de l’ouest, elle a également été journaliste pour Radio-Canada, Télé-Québec et pour quelques publications nationales et internationales. Elle a également été scénariste de films publicitaires. Deux de ses romans ont été finalistes à des prix littéraires – Les Jardins de cristal (1981) au Prix des littératures francophones et La villa du Désir (1987) au prix Guérin littérature – et elle a remporté, avec La rose des sables, le prix du CREDIF-Paris. Nadia Ghalem a également obtenu plusieurs bourses du Conseil des Arts du Canada , du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Ministère de la culture et des communications.

Giroux Stéphanie.

Auteure et Conférencière internationale en transformation humaine et gestion du changement. Membre de l’AICPF et possède un solide parcours de plus de 20 ans en transformation d’entreprise, formation de leaders et d’équipes de projet et ce, de la PME à la multinationale. Parmi ses livres : Alchimie interculturelle.

Guttierez Sergio.

Artiste multidisciplinaire, commissaire d’expositions, créateur des événements culturels, fondateur de AAVNM (Artistes en Arts Visuels du nord de Montréal) et le lieu d’expositions EDC. Sergio Guttierez est très impliqué dans le milieu culturel de Montréal-Nord. Il compte plusieurs années de pratique au Canada. Il est diplômé de l’école professionnelle des beaux-arts de Viña en Chili, et du collège Ahuntsic en infographie. Il compte à son actif plusieurs expositions.

Harakat Ismail.

Enseignant chercheur et journaliste. Ismail Harakat partage ses activités entre le Maroc et le Canada.il est ex consultant du ministère de la culture du Maroc. Il est présentement enseignant des sciences politiques à l’université Trois-Rivières, et fondateur de l’association Trait d’Union. Il est fondateur du site journalistique Espace MRE. Il est récipiendaire de l’ordre de Lafontaine.

Harel Simon.

Lauréat du  prix Trudeau (2009-2012), Simon Harel est membre de la Société Royale du Canada. Il a ouvert, au cours des vingt-cinq dernières années, un champ de recherche novateur à la frontière des études littéraires et culturelles. Il a été l’un des premiers à préciser la singularité de l’expérience migratoire au Québec. Son ouvrage Voleur de parcours, publié en 1989, est reconnu comme l’un des livres les plus significatifs des années 1980 et 1990 dans le champ des études culturelles au Québec. Auteur et  directeur de publication de plus de trente ouvrages, il s’est intéressé aux problématiques interculturelles, aux questions qui font référence à la place de l’étranger dans la société, et a poursuivi des recherches sur la précarité de nos espaces de vie. Conscient de l’insuffisance de certains discours critiques (sur l’hybridité, le métissage, l’identité à la carte), il se donne à présent comme objectif de cerner les formes instables, souvent conflictuelles, de la mobilité culturelle. Parmi ses derniers écrits: La rage de Naipaul,   Méditations urbaines autour de la place Emilie Gamelin, Habiter le défaut de slangues, l’analyste, l’analysé.

Hazelton Hugh.

Hugh Hazelton est écrivain, traducteur et critique littéraire qui se spécialise dans la comparaison des littératures du Canada anglais et du Québec avec celles de l’Amérique latine, ainsi que dans la littérature hispano-canadienne. Il traduit du français, de l’espagnol et du portugais vers l’anglais; sa traduction de Vétiver, un livre de poèmes de Joël Des Rosiers, a gagné le prix du Gouverneur Général pour la traduction français-anglais en 2006. Antimateria, la version espagnole de son troisième recueil de poèmes, Antimatter, était publiée à Ottawa par Split Quotation/La Cita Trunca en 2009. Il est professeur honoraire de traduction espagnole et de civilisation latino-américaine à l’Université Concordia et ancien co-directeur du Centre international de traduction littéraire de Banff.

Hebert Veronique.

Auteure, comédienne et metteure en scène atikamekw de la communauté de Wemotaci. Véronique Hebert est bachelière en théâtre. Elle termine une maîtrise en dramaturgie et théorie théâtrale à l’Université d’Ottawa. Finissante du programme de théâtre autochtone de  l’École Nationale de Théâtre du Canada, elle a également été élève de l’École sauvage, compagnie de théâtre et de formation d’artistes dirigée par Pol Pelletier avec qui elle a ensuite collaboré. Depuis  2013, elle est l’une des créatrices du théâtre de rue du Festival Présence Autochtone de  Montréal. Elle enseigne également  l’art dramatique à l’école primaire de sa communauté. Son théâtre s’inspire de la Nature et de ses réflexions comme femme, autochtone et artiste.

Jean Yvan.

Poète de la rue et des sans parole, Yvan Jean n’a jamais oublié son rêve, devenir un jour poète. Auteur de (Noires poésies), et de (pic pis a pelles), sa poésie tantôt classique, urbaine ou carrément joual est toujours porteuse de lumière, dénonciatrice, donnant la parole aux exclus de ce monde. Son éditeur le qualifie d’heureux mélange contemporain entre Gauvreau et Jean Narrache, inventant des mots réinventant le joual. Il a co-animé plus de 200 émissions radio, il est aussi réalisateur et co animateur de 6 nouvelles émissions sur la web tv, et douteux tv, soit solovox musique poésie sélam, en marge et contre tous, noire musique vidéo poésie, rencontre planétaire, artistiquement autre, itinérance et pauvreté.

Kanapé Fontaine Natasha.

Poète, militante, écologiste, slameuse, peintre, et comédienne, Natasha Kanapé Fontaine habite Montréal. Elle est récipiendaire en 2013 du Prix de la Société des Écrivains francophones d’Amérique pour son premier recueil intitulé (N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures), Elle est également co-porte-parole du mouvement autochtone pancanadien (Idle No More), et co-porte-parole de l’action citoyenne en opposition à l’oléoduc Énergie Est de TransCanada, La Marche des Peuples pour la Terre-Mère. D’origine Innu, clame l’urgence d’un rapprochement entre les Premières Nations et les Québécois au nom de la défense de l’environnement. Son dernier livre paru est : Kué je te salue ( éditions écosociété).

Kermiche Akim.

Akim Kermiche est un artiste-poète qui gagne sa vie en faisant du design Web. Par ailleurs il a découvert la poésie par les hasards de la vie. Véritable amoureux de la langue Française, écrire pour lui est une réelle passion. Outre cela, il dit souvent : « j’ai trouvé dans les lettres et les mots de bons confidents charmeurs et beaux! ». Il aime également, peut-être au même titre que l’écriture, tous ce qui est lié de près ou de loin à Dame Nature : les papillons, les fleurs, les oiseaux, les poissons et autres espaces verts. Il a été invité à des dizaines de soirées de poésie, dont « Chapeau noir », « La cour des poètes », « Vivement poésie », « Les soirées BBAM » et autres. Il a à son actif deux recueils édités chez Edilivre : Brise matinale et tornades du Midwest! et Les poètes clochards et ceux éduqués!. Un troisième est en cours d’édition: Il fait beau juste à minuit! , et un roman intitulé Jenny G. est en chantier.

Klang Gary.

Né en Haïti, Gary Klang est docteur des lettres de la Sorbonne. Auteur de poèmes, de romans, de nouvelles, d’essais et d’une pièce de théâtre. Garry est très actif dans le monde littéraire. Membre ancien du PEN Club international et fait partie de leur conseil d’administration, il est aussi membre de l’Union des écrivains québécois, et président de la société des Écrivains francophones d’Amérique, section de Montréal. Gary Klang vit à Montréal depuis 1973. Parmi ses nombreux ouvrages, citons : L’Île aux deux visages (roman), Kafka m’a dit (nouvelles), L’Adolescent qui regardait passer la vie (roman), Les Chiens noirs (nouvelle), La Terre est vide comme une étoile (poésie). Monologue pour une scène vide (Éditions Dialogue Dialogue Nord-Sud).

Laforce Vicki.

Née à Montréal, Vicki Laforce a lancé son premier recueil de poésie Anémone des nuits avec les Éditions Première Chance en 2012. Elle a fait des études en philosophie, en histoire et en Études du religieux contemporain. Les voyages, sa quête de sens, le 19e siècle et les romantiques, la vie de tous les jours et les gens qu’elle rencontre sont pour elle source de poésie. Sa muse se nourrit d’un existentialisme moderne qu’elle cherche à écouter et traduire la voix par la mise en récit poétique des différentes instances, rencontres qui viennent bouleverser et nourrir nos vies.

Lange Nancy R.

Artiste engagée et ambassadrice littéraire pour l’organisme Eau Secours, la poète Nancy R. Lange a été lauréate en 2013 des Grands Prix littéraires le Nord et du Prix d’excellence de la ville de Saint-Jérôme avec une suite poétique tirée de ce recueil. Ces textes, intégrés dans cinq montages photographiques de Françoise Belu qui a conçu le visuel du présent livre, sont exposés en permanence au musée C.I.Eau (Centre d’Interprétation de l’eau) de Laval. Suite à l’invitation du compositeur lavallois Gilbert Patenaude qui a mis en musique Les Cantiques de l’eau, à l’occasion des célébrations du 50e anniversaire de Laval.

Manço Altay A. 

Docteur en psychologie sociale. Altay Manço a à son actif un grand nombre de travaux dans les domaines de la psychopédagogie de l’intégration sociale et de la psychosociologie de l’immigration. Depuis 1986, il intervient en tant que consultant auprès de nombreuses institutions et associations actives dans ces domaines, dans différents pays européens, ainsi qu’au Canada et au Maroc. Il est également collaborateur de l’Université de Paris V depuis 1998, ainsi que collaborateur de l’Université de Sherbrooke au Québec et de la Haute École Sociale de la Suisse Occidentale.  Depuis 1996, il est le directeur scientifique de l’Institut de Recherche, de Formation et d’Action sur les Migrations (IRFAM). Il y gère la collection Compétences interculturelles .

Maranzano Josephina.

Artiste professionnelle, pratiquant le dessin et la peinture à l’acrylique. Elle a participé à plusieurs expositions collectives dans différentes galeries de Montréal et à différents symposiums d’art. Elle a aussi gagné deux prix dans deux festivals d’art québécois et un certificat de mérite accordé par le représentant fédéral de ma circonscription pour marquer sa contribution à la vie culturelle de son quartier.

Mbwiti Papy Maurice.

Né à Kinshasa en RDC, Papy Maurice Mbwiti est porteur d’un diplôme de licence en relations internationales. Auteur et metteur en scène et Directeur artistique. Il travaille et collabore avec plusieurs compagnies. , Papy a traversé l’Afrique et l’Europe à travers plusieurs théâtre et festivals (Avignon, limoges, Paris Quartier d’été….). Papy écrit du théâtre, des chroniques, de la poésie, des nouvelles; des coups de gueule, des articles, des récits et essaies. Il est membre du collectif Moziki littéraire, invité à la sixième édition de dramaturgies en dialogue organisé par le CEAD; il vit actuellement à Montréal et y poursuit sa carrière. Parmi ses écrit, Tolata, le discours du pagne (Théâtre) ; et  Un auteur, Un coca.

Metellus Jean Yves.

À la fois peintre et poète, né en Haiti en 1962, après des études en Arts plastiques, il s’adonna à l’enseignement de la littérature et des arts. Au fil du temps, il créa des associations culturelles à but non lucratif. Il publia deux recueils de poésies, des reportages et des critiques dans les journaux les plus cotés du pays. Il anima aussi des soirées de poésie et devint membre de l’association des écrivains haitiens. Il est aussi membre de l’association des artistes visuels du Nord de Montréal.Sa dernière parution est un recueil de poèmes : D’une rive à elle.

Morali Laure.

Laure Morali, poète et auteure de récits, vit à Montréal. Aux éditions Mémoire d’encrier, elle a publié Orange sanguine (poésie, 2014), Traversée de l’Amérique dans les yeux d’un papillon (roman, 2010) et La terre cet animal (poésie, 2003). Elle a également dirigé l’anthologie de correspondances entre écrivains des Premières Nations et écrivains québécois Aimititau ! Parlons-nous ! (chronique, 2008) et co-dirigé avec Rodney Saint-Éloi le livre-disque Les bruits du monde (chronique, 2012). Elle anime des ateliers d’écriture au Québec, en France, en Haïti. Son site : www.lauremorali.net.

Moreno Denis.

Homme de théâtre et écrivain, Denis Moreno s’est spécifiquement développé en tant que mime, dramaturge, metteur en scène et pédagogue. D’origine vénézuélienne, il a commencé très tôt ses études d’interprétation théâtrale et marionnettes. Après ses études de mime en France, pédagogie sociale en Venezuela et maîtrise en pédagogie dans les Antilles Néerlandaises. Depuis 10 ans, Denis Moreno se développe également en écriture, parallèlement à sa pratique théâtrale et pédagogique. Il a écrit nombreux livres de théâtre pour enfants (inédits), à publié deux livres de théâtre (dont l’un a rapporté un prix national de littérature en Vénézuéla en 2009) et deux livres sur la technique du mime pour aider dans leur développement les personnes atteintes des déficiences intellectuelles. Actuellement, Denis Moreno habite à Montréal, où il compte implanter sa compagnie Mimesis Théâtre et développer des ateliers de mime pour artistes professionnels et amateurs. Comme écrivain, il a un grand répertoire de pièces de théâtre, comptes et romans inédites. Ses principales influences sont : Samuel Beckett, Luigi Pirandello, Berthold Brecht, Isidore Ducasse, Juan Rulfo, Jorge Luis Borges, Rómulo Gallegos, Augusto Monterroso et toute la littérature des peuples amérindiens vénézuéliens.

Mumbu Marie Louise.

Résiliente, Afro-féministe, Nappy, militante par les mots, les arts et les lettres, je reconnue, en tant qu’agente de projet au Y des Femmes de Montréal – YWCA, pour mes compétences en animation auprès des jeunes femmes immigrantes et racisées d’horizons socio-culturels diversifiés, impliquant l’écoute active et le respect des opinions. Écrivaine et dramaturge, membre du CEAD – Centre des Auteurs Dramatiques du Québec, parmi ses derniers ouvrages :  Samantha à Kinshasa, et Tomber des nues.

Ouerrak Kaoutar.

Artiste peintre et artisane dans les métiers d’art, Kawthar Ouerrak rend hommage à la vie par la couleur et la matière ont charmé. Kawthar est une autodidacte, multidisciplinaire, indomptable et toujours en révolte contre la société d’aujourd’hui. L’art est pour elle le seul conciliateur qui arrive à joindre toutes les cultures, le seul langage universel qui n’a ni couleur, ni religion.

Ouichou Hany.

Né à Montréal, de parents d’origine maroc-libanaise, il a fait ses armes sur différentes productions de fictions et de documentaires, puis prend les rênes de la compagnie Art & Essai en 2012. En quatre ans, il a produit plus d’une dizaine de court-métrage qui se sont démarqués tant au niveau national qu’international tels que Gaspé Cooper ( nomination comme meilleur court-métrage québécois), suivre la piste du renard, au temps des monstres, etc. Il a quatre films au prestigieux festival de Toronto, deux courts métrages et deux longs-métrages : Prank de Vincent Biron, sélectionné à la 31 e semaine de la critique à Venise. Hany est distingué récemment par ses pairs comme meilleur producteur canadien émergent de 2016.

Princigalli Giovanni.

Ayant une Maitrise en cinéma, et un certificat en documentaire à Padule en Italie avec Pinelli (ex assistant de Fellini), ses documentaires ont été recensés dans les livres Storia del documentario italiano de M. Bertozzi ; Il film etnografico in Italia de F. Marano ; let les Revues Séquence cinéma (Quebec), Sentieri Selvaggi (Italie), Media Review (USA) et Visual Anthropology (USA). Son premier documentaire Japigia Gagì gagne trois prix, dont celui de la Society of Visual anthropology et vient d’être acheté par la Télé Planète, Avec sa société de production Héros Fragiles il a tourné et produit en 2010 un documentaire au Cameroun au titre Les fleurs à la fenêtre -On veut bien l’amour qui gagne une mention au Mediterraneo Video Festival. Il a donné des cours en cinéma et dialogues à Université de Mc Gill et de Montréal.

Rachedi Lilyanne.

Travailleuse sociale de formation. Lilyanne Rachédi a essentiellement travaillé avec les familles réfugiées au Québec. Ses recherches portent sur l’immigration et l’interculturalité. Elle est titulaire d’un doctorat en sciences humaines appliquées de l’Université de Montréal. Elle est chercheure à la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) de l’UQAM et fait partie de l’équipe Migration et ethnicité dans les interventions de santé et de service social (METISS) du CSSS de la Montagne. Actuellement, elle enseigne l’intervention sociale et les relations interculturelles à l’École de travail social de l’Université du Québec à Montréal. Enfin, elle est coauteure du livre L’intervention interculturelle, 2e édition au Presses de l’Université du Québec.

Roger Eric.

Il a publié huit recueils dont le plus récent est s’allumer avant de s’éteindre en 2013. Il a participé à plusieurs spectacles oraux entre 1991 et 2013 comme la place aux poètes avec janou saint Denis, Québec enslamé, les francopholies de Montréal, le festival de poésie de caraquet, sans oublier le festival de poésie de trois rivières. Il est aussi a l’origine de l’émission (Poètes, vos papiers) diffusé a CISM puis a radio centre ville, et qu’il a animé plus de dix ans. Il se consacre présentement à plusieurs spectacles ou il fait revivre les poètes québécois disparus. Il anime aussi l’amission Solovox poésie musique slam qu’il anime avec Yvan Jean, et qui constitue un tremplin pour de nombreux poètes.

Saint Amand Isabelle.

Doctorante au Département d’études littéraires à l’UQAM, Isabelle St-Amand a reçu une bourse d’études supérieures du Canada pour la réalisation d’une thèse sur la crise d’Oka sur les lieux du siège, dans les films documentaires et dans les récits littéraires autochtones et allochtones au Canada et au Québec. Elle a publié des articles sur la littérature et le théâtre autochtones dans les revues Études en littérature canadienne (2010) et Recherches amérindiennes au Québec (2009) ainsi que dans l’ouvrage collectif Littératures autochtones (2010). Dans une démarche de recherche collaborative, elle a coorganisé des événements scientifiques et culturels rassemblant chercheurs, écrivains, cinéastes et artistes autochtones du Québec et d’ailleurs dans les Amériques, dont trois éditions du colloque international sur le cinéma autochtone Regards autochtones sur les Amériques, qui s’est tenu lors du festival Présence autochtone à Montréal (2009, 2010 et 2011).

Sam le magicien.

Magicien attitré de nombreux Club Med Famille pendant plusieurs années, Sam Le Magicien sait faire briller les yeux des enfants. Comme les siens ont brillé à 12 ans, par un jour ensoleillé à Casablanca (Maroc). Il parcourt terres et mers pour transmettre son émerveillement aux enfants du monde. Il décide finalement de s’établir au Canada pour donner à sa femme et sa fille la chance de bénéficier d’une plus grande liberté. Ses spectacles sont offerts partout au pays, et se diversifie de lieux publics à des spectacles personnalisés.

Saravia Alejandro.

Né à Cochabamba, en Bolivie. Alejandro Saravia vit au Québec depuis 1986 où il poursuit une carrière en journalisme. Il est l’auteur de Ejercicio de serpientes (1994) et de La brújula desencadenada (1996), publiés par Editorial Hispanos de Toronto. Il a aussi publié le roman Rojo, amarillo y verde (2003), les recueils de poèmes Habitante del décimo territorio (2000), Oilixes helizados (1998), Lettres de Nootka (2008) et Jaguar con corazón en la mano (2010) avec l’appui d’Artifact Press de Toronto et de la maison d’édition La Enana Blanca de Montréal. Ses livres les plus récents, Cuarenta momentos chilenos et L’homme polyphonique ont été publiés en 2013 et 2014, respectivement. Ses textes ont paru dans des anthologies, magazines et journaux du Canada et des États-Unis d’Amérique. Il est membre du comité éditorial de la revue littéraire montréalaise The Apostles Review.

Tadlaoui Jamal Eddine.

Docteur en sociologie politique, enseignant et co responsable au programme de maitrise en médiation culturelle, a l’université de Sherbrooke. Spécialiste en relations interculturelle, et gestion de la diversité et culture arabo-musulmane.

Teboui Victor.

Né à Alexandrie, en Égypte, Victor Teboul a vécu en France et a immigré très jeune au Québec. Il est Docteur ès lettres de l’Université de Montréal, il a enseigné l’histoire à l’Université du Québec à Montréal et a été professeur de littérature au collège Lionel-Groulx, à Sainte-Thérése, au nord de Montréal. Victor Teboul est l’auteur de plusieurs romans et essais. Son tout nouvel essai Libérons-nous de la mentalité d’assiégé. Dits et écrits iconoclastes vient de paraître aux Éditions Accent Grave. Victor Teboul y fustige les tenants de la rectitude politique et du multiculturalisme canadien.  Son dernier livre s’intitule Juifs du Québec, in Canada, we trust, réflexions sur l’identité québécoise.

Verna Stephan.

Réalisateur, Caméraman et Monteur, né en République Démocratique du Congo de parents Haïtiens, Stefan a grandit à Montréal. Gradué de l’École de Cinéma de l’Université Concordia, il se fait connaitre dans le milieu du cinéma Québécois en tant que réalisateur, caméraman et monteur.  Attiré au cinéma via l’engagement politique, Stefan Verna réalise que le 7e art peut être un outil de transformation autour de questions telles la justice sociale, les enjeux  environnementaux et le sort des communautés africaines à travers le monde. Son profond intérêt pour la politique, la culture Hip Hop et la danse, alimente les projets qu’il poursuit. Ses réalisations touchent à multitudes de styles tel le documentaire, la fiction, la vidéo dance et les vidéos clips.Il a travaillé dans plusieurs filsm et réalisations. On lui doit Broken strings, Chocolate city , Lakay,  Forever loon, Diversidad, Road Trip to construct, Nomad’s Land.

 

%d bloggers like this: